RAP

Gérard Baste : “Je fais toujours un peu le même disque, sauf que j’essaie de le faire de mieux en mieux”

Cet article n'est pas issu du magazine Society.
Il est exclusivement réservé à society-magazine.fr.
Gérard Baste, 43 ans, est un ovni dans le milieu pourtant déjà très hétérogène du rap français. Découverte du hip-hop français au milieu des années 80, un peu de graffiti, lancement avec ses acolytes Nikus Pokus et Xanax du groupe Svinkels, qui aura retourné tous les festivals de France et la tête de pas mal de jeunes amateurs de fête pendant une quinzaine d’années. Puis la séparation du trio et la réorientation vers la présentation télé, sur Game One, D17 et MTV. Avec Le Prince de la vigne, Baste sort un premier solo centré autour de son thème favori : la picole. Au risque de se transformer en caricature de lui-même, et de dissimuler la qualité de son flow et de ses lyrics derrière un personnage de “Patrick Sébastien du rap”, comme il se désole lui-même qu’on le surnomme ? Deux jours avant la sortie de son album, installé à la terrasse d’un café de Châtelet, le père de famille ouvrait pendant deux heures et demie un cœur et un cerveau peuplés de polars, de doutes, de bouteilles et de peur de la mort.

Ça fait environ huit ans que tu annonces cet album solo. Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Ça fait huit ans que je l’annonce mais ça fait près de quinze ans que je le prépare donc c’est encore pire. J’avais cette volonté de sortir un solo depuis de nombreuses années mais il y a toujours des choses qui se passent. On a quand même fait quatre albums des Svinkels, deux albums du Klub des 7, un album de Qhuit. Et puis au moment où je me suis réellement mis à bosser sur cet album, j’ai eu un petit garçon, ce qui prend quand même pas mal de temps – je parle pas de la fabrication, ça je m’en souviens parfaitement et ça n’a pas dû me prendre plus d’une minute sur le canapé. D’autant que le jour de sa naissance, je commençais la matinale sur D17. Du coup, je me suis retrouvé la tête dans le guidon pendant trois ans avec une matinale en direct tous les jours – ce qui est pas mal usant – et plein de petits projets qui venaient s’ajouter avec le temps. Et puis récemment, je me suis dit que si l’album ne sortait pas cette année, ça allait devenir compliqué. On s’est fixé cette date du 28 octobre qui nous paraissait alors assez lointaine pour qu’on ait le temps de se préparer, mais pas trop non plus. Et on y est arrivé.

Certains morceaux de l’album sont donc assez vieux ?

Pas tant que ça finalement, genre trois ou quatre. Le Prince de la vigne, par exemple, c’est l’un des premiers que j’aie faits, j’ai dû l’écrire il y a cinq ans. Et

Je ne suis pas du tout dans le délire du mec qui écrit des morceaux parce que c’est sa passion, j’en ai plus rien à foutre. J’écris du rap parce qu’on m’a donné l’occasion d’en faire
Gérard Baste

puis derrière, je n’ai pratiquement rien fait pendant cinq ans, à part quelques featurings, quelques trucs à droite, à gauche. Quand j’ai réécouté ces morceaux, j’ai trouvé qu’ils n’avaient pas forcément vieilli, alors je n’ai pas cherché à les actualiser. Surtout qu’en vrai, je ne suis pas du tout dans le délire du mec qui écrit des morceaux parce que c’est sa passion, j’en ai plus rien à foutre. J’écris du rap parce qu’on m’a donné l’occasion d’en faire, parce que j’aime bien et que je me débrouille à peu près mais en gros, je ne fais pas 60 morceaux pour en sortir onze. Je suis plus du genre à en faire 20 pour en sortir 20. Là, en l’occurrence, j’en ai fait 23 ou 24 donc je m’étais laissé une petite marge, ce qui est assez rare. Mais j’ai écrit la plupart des titres dans les trois semaines où on a enregistré l’album.

C’est donc juste un moment où tu avais plus de temps à consacrer à la musique, un moment où tu es entré dans ton fameux processus créatif que tu nommes ton “petit bazar” ?

(Rires) Le petit bazar, ça veut dire que j’étais tout seul à la maison, j’avais envoyé femme et enfant en vacances et j’avais demandé à un mec que j’aime bien, qui bosse chez Welsh Recordz, de venir m’assister car je savais que ça allait être un peu freestyle. Et on a commencé en roue libre. Pendant dix, quinze jours, ça a même été la grosse roue libre. Le petit bazar était devenu un gros bazar. En une semaine, je me suis changé en Bukowski. J’avais les cheveux teints en rouge à cause d’un pari perdu, je tombais une bouteille de rhum par jour. Au bout de dix jours, ma femme m’a dit : “Là, ça va pas, tu déconnes, je rentre à la maison.” Elle est rentrée, elle m’a mis dans un bain, elle m’a coupé les cheveux, elle a viré les boutanches dégueulasses et m’a obligé à me mettre à travailler sérieusement. Et heureusement qu’elle était là, sinon je n’aurais pas fini le projet, je pense. Ça m’a permis de me rendre compte que les états qui me réussissaient à une époque me réussissent moins aujourd’hui, même s’ils me plaisent toujours. Je suis devenu un peu trop vieux pour ces conneries. Je suis devenu le François Bayrou de l’alcool.

Ça reste quand même indispensable pour toi de te défoncer pour trouver l’inspiration ?

Ce n’est pas que c’est indispensable mais bon… Quasiment tous mes morceaux parlent de picole, et l’album s’appelle quand même Le Prince de la vigne. J’ai toujours eu l’impression, à travers des mecs comme Baudelaire ou Bukowski, qu’il fallait se mettre dans certains états pour trouver l’inspiration, mais je pense qu’il s’agit surtout d’une peur. Le fait de picoler te permet de surmonter tes inhibitions. C’est dur de jouer les rappeurs, tu sais ! Il y a toujours une petite part de comédie là-dedans pour bien jouer le truc. J’ai une confiance qui est celle que les gens m’ont donnée au fil du temps mais en vrai, je ne sais pas toujours très bien ce que je fais. Je ne sais pas si c’est bien, si ça va plaire, je me pose beaucoup de questions.

Il y a une forme d’angoisse constante chez toi, en fait ?

Bien sûr. Il y a toujours cette peur de rater. Quand je travaille, je me retrouve toujours dans l’état dans lequel j’étais quand je devais rendre une rédaction en quatrième et que je n’avais toujours pas fini alors qu’il était 2h du matin. Je me disais : “Bon, allez, je mets le réveil à 4h, comme ça il me restera une heure pour finir.” Je me rappelle tellement ce réveil qui sonne et ce moment où je me disais : “Putain, je ne vais jamais y arriver.” Aujourd’hui encore, je travaille comme ça. C’est l’enfer…

Pourquoi avoir décidé de faire appel au financement participatif pour cet album ?

Je me suis rendu compte que ça coûtait cher de produire un album, surtout que j’avais aucune envie d’aller en maison de disque. J’ai déjà donné quand on avait encore les Svinkels et je me suis fait plus d’argent en me faisant virer des maisons de disque qu’en travaillant pour elles. Quand tu sais qu’elles te prennent quasiment 80% de ce que tu rapportes, le calcul est vite fait. Attention, je suis quand même content d’être passé par la case major, d’avoir connu Delabel où les autres signatures étaient IAM, Oxmo Puccino. On étaient quand même entourés de gens hyperintéressants, je regrette même aujourd’hui de ne pas m’être plus intéressé à eux. Mais voilà, je n’ai plus l’impression d’avoir besoin d’eux. Il y a tellement d’artistes qui marchent sans être en major. L’exemple le plus flagrant, c’est Action Bronson, qui a le parcours-type de ce que j’aimerais bien faire.

Un homme qui a un délire un peu similaire au tien, en plus…

Il n’a pas inventé le fait d’être gros non plus. Même si moi, ce n’était pas le but au départ (rires). Mais c’est vrai que l’univers de la bouffe, tout ça, c’est un délire qui me parle.

Toutes ses folies sur scène comme lorsqu’il part aux chiottes en plein concert et qu’il continue à rapper, ce sont des trucs que tu aurais pu faire, non ?

Non, je ne pense pas. Malgré les apparences, je n’ai pas ce je-m’en-foutisme. Je ne prévois pas mes interventions scéniques non plus mais on a toujours bossé sur la mise en scène, on ne laissait pas tant que choses que ça au hasard. Alors, bien sûr, quand je vois des trucs comme ça je suis hyperadmiratif. Et puis ça donne des idées, clairement.

À l’époque des Svinkels vous aviez quand même l’habitude de vous lâcher sur scène…

Ouais, on se lâchait à fond. Sauf qu’on avait grave bossé en amont. Quand on était avec Pone, par exemple, c’étaient des heures et des heures de répétition pour faire rentrer les medleys et tous les trucs. J’ai toujours bien aimé travailler la scène, là on a un nouveau show assez cool avec notamment deux grosses bouteilles géantes qui se gonflent, ça va être assez cool. C’est la première fois depuis Svinkels que je reviens avec un concert vraiment travaillé à base de lumières, de sons et de mise en scène. Même si ça reste un peu fait avec ma bite et mon couteau.

Rien à voir avec la famille Lopez.
Rien à voir avec les Lopez du 36.

Un show que tu auras l’occasion de mettre en pratique à l’Élysée Montmartre où tu retournes prochainement ?

Ouais, et j’ai vraiment hâte. Je suis tellement content de retourner là-bas ! C’est vraiment une des salles que je préfère et où j’ai pris mes plus grosses claques, notamment quand j’étais allé voir les Beastie Boys, qui reste mon groupe préféré de tous les temps. Quand on avait joué là-bas avec les Svink, on avait tourné un DVD qu’on a décidé de ne pas sortir car, pour nous, il ne reflétait pas l’énergie et la bonne ambiance qu’il y avait dans nos concerts de l’époque. De manière générale, pour moi, les lives des Svink ne reflètent pas vraiment ce qu’on faisait. Je suis un peu déçu de ça… En fait, je pense qu’on était chiants, même très chiants.

Comment ça ?

Genre très exigeants envers les autres, envers nous-mêmes, entre nous. Il y avait tout le temps un enjeu. Pour être honnête, on a toujours pensé qu’on allait tout défoncer et on avait la mentalité de mecs qui veulent tout défoncer, justement. Alors certes, ce n’est pas une mauvaise mentalité mais aujourd’hui, je ne pense plus du tout comme ça. Je suis plus dans le délire de donner du plaisir aux gens et d’en prendre moi-même ; comme un acte sexuel, en fait. À l’époque, on se disait : “Ce qu’on fait c’est bien, faut que les gens le sachent, et pourquoi les médias s’intéressent pas à nous ?” Et finalement, les réponses sont assez simples : ils ne s’intéressent pas à nous car ce qu’on fait est chelous et qu’en plus on est chiants.

Je dis souvent que je suis un bobeauf, un genre de beauf bohème. J’aime ma famille, je passe un maximum de temps avec elle, on fait des barbecues ; et de l’autre côté, on est en concert toutes les semaines à jouer les rock stars dans un van avec des néons verts magnifiques
Gérard Baste

La maison de disque ne bosse pas trop pour nous car on est relous. Bref, il y a plein de trucs comme ça dont je me suis rendu compte avec le recul. Et du coup quand on arrêté les Svink, j’ai décidé de reprendre à zéro ma façon de percevoir cette activité. Je ne voulais plus la faire avec du stress, il y a déjà assez de trucs avec le trac, les contraintes techniques, si en plus on ajoute de l’ambition là-dedans, on ne va pas s’en sortir. Aujourd’hui, je veux faire les choses bien, que les gens soient contents quand ils viennent et basta ! Retrouver des trucs simples, comme se mettre un bon pique-nique dans le train, avec de bons produits. D’ailleurs, quand j’ai commencé à tourner en solo, je n’étais jamais tout seul, je partais avec Docteur Vince, Xanax ou A2H. Et les premières feuilles de route qu’on faisait, c’étaient des menus avec ce qu’on allait emporter à bouffer. En mode petits toasts avec un peu de foie gras – c’est toujours sympa pour le train–, avec un petit pain Poilâne et une petite confiote. Un peu de fromage, du saucisson. Des choses bonnes, quoi. Parfois, je faisais même des Tupperware de pâtes le matin, je les faisais réchauffer à fond comme ça elles étaient encore un peu tièdes le midi et bam ! tu rajoutes persil, parmesan, t’es au top.

Tu as connu une évolution dans la qualité des produits que tu buvais et mangeais au cours de ta vie ?

Ouais, comme tout le monde. Sauf pour ceux qui se clochardisent et qui n’ont plus les moyens. Nous, on a commencé par des bières toutes dégueulasses, c’est pas pour rien qu’on s’est appelés Svinkels (nom d’une bière bon marché, ndlr). Mais on le faisait car on n’avait pas de thunes aussi. On essayait de dispatcher tout ça, certains mettaient pour un peu de teushi, d’autres achetaient trois bières pour trois francs, les fameuses Swinkels. Les paquets de clopes, c’était dix balles…

Même si embourgeoisement il y a, la finalité reste la même puisque ton nouvel album parle encore quasiment exclusivement d’alcool et de défonce.

Ah bah ça, si tu veux, c’est que je ne sais pas du tout faire autrement. Ça revient toujours. Chassez le naturel, il revient au goulot. Je fais de la musique comme un écrivain de polar écrit ses bouquins. Un mec comme James Ellroy, par exemple, il ne s’est pas mis d’un coup à écrire des livres d’amour. Si certains écrivains arrivent à aborder différentes thématiques, beaucoup écrivent des romans policiers toute leur vie. Un peu comme si c’était le même bouquin qui évoluait. C’est ça que je fais. Je fais toujours un peu le même disque, sauf que j’essaie de le faire de mieux en mieux. Ici, j’ai essayé de prendre tout ce que j’aimais bien et de le condenser en un album solo. Ce qui reflète ce que j’aimerais écouter, en fait.

Mais ça ne reflète plus la vie que tu mènes, si ?

Si, un peu. J’ai toujours un concert par semaine. C’est sûr que maintenant, j’ai un enfant, une famille, j’habite dans un pavillon, mais la vie que je mène reste celle d’un mec moitié rock star, moitié beauf. Je dis souvent que je suis un bobeauf, un

C’est quand même dur la vie, je trouve
Gérard Baste

genre de beauf bohème. J’aime ma famille, je passe un maximum de temps avec elle, on fait des barbecues ; et de l’autre côté, on est en concert toutes les semaines à jouer les rock stars dans un van avec des néons verts magnifiques. Ce n’est pas la même folie, c’est sûr, mais on n’a plus le même âge. Aujourd’hui, on le fait mieux, je trouve. De toute façon, tu as des points forts à 20 ans mais à 40, tu en as d’autres. Je fais mieux à manger, je connais mieux le corps de la femme, selon moi j’écris mieux, donc il y a une évolution. Quand je repense aux grandes années des Svinkels, quand j’avais entre 25 et 35 ans, je me souviens de tout mais il y a comme un flou. On était en permanence bringuebalés de concert en concert, de studio en studio, on était accompagnés de plein de personnes qui géraient tout pour nous. Je préfère la vie que j’ai aujourd’hui car je suis maître de ma destinée, et je suis sorti de ce truc où finalement tu ne contrôles rien.

Après tant d’années à avoir profité, maintenant quel est ton rapport à l’alcool, la défonce ?

Je suis contre ! Je trouve ça intéressant d’essayer des trucs quand tu as 20 ans, mais pas quand ça devient quotidien. Tu sais quand je parle de tise dans mes morceaux, dans le fond ce n’est pas nécessairement très drôle. Je ne dis pas aux gens qu’il faut boire, surtout que j’ai personnellement payé les pots cassés. Quand t’es ivre mort à 20 piges, c’est marrant mais quand c’est le cas sur ton canapé à 40 ans, c’est tout de suite moins drôle. Combien de temps on va continuer à faire le clown poivrot ? J’en sais rien. On vit avec ça, qu’est-ce que tu veux que je te dise. C’est comme ça.

Il y a un côté autodestructeur là-dedans ou ça reste basé sur l’aspect festif ?

C’est un sujet profond, là… C’est personnel. Ce n’est pas que j’ai pas envie de répondre, mais aujourd’hui, j’ai 43 ans, j’ai une vie de famille, et je picole encore comme un enculé. Quand je me réveille le matin, j’ai l’impression que je vais mourir, je suis à deux doigts d’aller à l’hôpital. Bien sûr que ça fait peur, on vit avec ça, c’est pas drôle. C’est loin d’être drôle. Mais voilà, chacun a son rapport à la vie, à l’autodestruction. Je n’ai pas l’impression d’avoir voulu m’autodétruire mais évidemment que les gens qui se défoncent de façon systématique, ça tient à des problèmes, à des angoisses… J’ai un trac de la vie, c’est certain. Après, ce dont j’ai le plus peur, c’est la mort, et pourtant je fais tout pour qu’elle arrive… Il n’y a pas un mec qui est addict à quelque chose sans savoir que ça lui fait du mal. Chacun gère ses addictions comme il peut. Ceux qui me font rire, ce sont les sex-addicts : “J’ai un problème, je me branle cinq fois par jour.” Ouais, et alors ? Si t’as envie de ken, vas-y, ken, on s’en bat les couilles. Mais chacun gère son rapport à la vie comme il peut. C’est quand même dur la vie, je trouve.

Tu te poses aussi forcément la question de savoir comment on vieillit quand on est rappeur, non ?

Ça fait des années que je me dis que je suis trop vieux pour ces conneries. Mais bon, je ne sais pas faire mille autres choses, et je voulais absolument faire cet album. Mais j’en parlais l’autre fois avec mon père, qui est un peu un cow-boy et qui est donc plus dans le blues et la country où les artistes vont avoir tendance à se bonifier avec l’âge, et il m’a dit un truc assez marrant : “Mais Mat – il m’appelle Mat –, vous êtes des pionniers, donc vous ne pouvez pas savoir si vous êtes trop vieux puisque vous êtes les premiers à faire du rap. Pour l’instant, il n’y a pas d’âge.” On a commencé dans les années 80, les plus vieux rappeurs aujourd’hui, ils ont 50 piges. Quand tu regardes un Jay Z, tu n’as pas l’impression que le mec est trop vieux pour ces conneries, si ? Regarde Eminem, il a le même âge que moi. Bon, il a quelques problèmes de santé mentale, mais j’ai eu mes soucis de santé aussi, même si heureusement ils n’étaient pas mentaux. C’est vrai que le rap a changé ces dernières années mais je pense qu’il  y a encore de la place pour tout le monde, et notamment pour le rap un peu adulte. Je suis peut-être trop vieux pour faire le rap que je fais, mais ça me ferait chier de faire les choses différemment.

L’écouterLe Prince de la vigne, premier album solo, sorti le 28 octobre 2016

Le voiren concert à l’Élysée Montmartre (Paris) le 28 janvier 2017

Par Gaspard Manet et Thomas Pitrel / Photos : DR