Interview

Etgar Keret: “Netanyahu, on dirait le présentateur du Corona-show”

Maître de l’absurde, l’auteur de BD, scénariste et cinéaste israélien Etgar Keret devait justement venir à Paris pour la sortie française de son dernier ouvrage, baptisé –on ne fait pas plus actuel– Incident au fond de la galaxie. Il nous donne des nouvelles d’Israël.

Comment ça se passe, en Israël?

D’un côté, nous les Israélien·ne·s, nous sommes peu à cheval sur la loi, mais de l’autre, nous sommes habitué·e·s à la guerre. Cette idée d’un ennemi commun et d’ordres collectifs à suivre est dans notre psyché. Nous sommes habitué·e·s aux situations d’urgence, à devoir rester à la maison. Cette situation a aussi révélé les tensions de notre société. Les ultra-orthodoxes continuent d’aller dans les chambres de prière. De même, les tensions entre Juifs et Arabes ressortent, notamment parce que la police vient forcer le confinement dans les quartiers arabes. Le vrai test sera Pâques, qui est la fête la plus importante ici. On peut craindre une seconde vague après ça…

Comment le gouvernement gère-t-il la situation ?

Le gouvernement ainsi que notre ministère de la Santé n’étaient pas prêts. Depuis, ils enchaînent les décisions plus ou moins stupides. Ils ont fait plein de tests, mais les équipements n’étaient pas bons, ils se sont trompés sur les résultats. Et il y a ce sentiment que notre Premier ministre, Benjamin Netanyahu, en rajoute au drame, que ça lui donne un alibi pour forcer une alliance avec l’opposition pour rester au pouvoir. Surtout, depuis que Netanyahu a viré le chef de la police, personne ne l’a remplacé. On fait donc face à cette situation sans chef de la police. Netanyahu est tous les soirs à 20h à la télé pour donner des instructions avec de grands gestes, on dirait un acteur, on dirait le présentateur du Corona-show.

Le gouvernement, qui d’ailleurs utilise la technologie pour surveiller les cas de coronavirus via les téléphones portables. C’est à la fois efficace et flippant…

Sur ce sujet, le Parlement n’a rien voté, c’est passé en mode “mesure de guerre”. On ne sait pas dans quelles circonstances ces mesures sont appliquées ni si elles peuvent ou non rester en place après cette situation. Sinon, ce qui est inquiétant, c’est que notre ministre de la Santé est justement un ultra-orthodoxe. Il ne croit pas forcément à la science et aux scientifiques…

Pour finir, personnellement, que faites-vous pendant ce confinement ?

Je n’avais pas autant écrit lors des 25 dernières années. Pour écrire, il faut du temps libre, de l’ennui et une réalité un peu extrême. En un sens, on peut dire que c’est parfait, aujourd’hui.

Par Simon Capelli-Welter