Interview

Kalash Criminel: “J’ai lu un truc comme quoi Poutine allait lâcher 8000 tigres dans les rues”

Connu pour son passe-montagne et son débit de punchlines façon mitraillette, le rappeur de Sevran Kalash Criminel profite du confinement pour préparer son deuxième album, sortir un nouveau single, Pronostic, et faire de jolies découvertes.

Dans les journaux télévisés, on a l’impression que tou·te·s les Français·es disposent d’une maison avec jardin. Ça se passe comment à Sevran?

Là-bas, c’est sûr que tout le monde n’a pas de jardin pour prendre l’air… Et tout le monde n’a pas non plus de Playstation pour s’occuper. Rester enfermé·e toute la journée dans un appartement, c’est dur, donc fatalement les gens sortent. C’est difficile de suivre les règles en banlieue et c’est pour ça que la police contrôle énormément en ce moment. À Sevran, c’est incroyable, comment ils contrôlent.

Ton confinement, comment est-ce qu’il se passe?

Là, je suis confiné chez ma mère. Comme je suis toujours en déplacement, je ne la vois pas beaucoup, donc c’est l’occasion de passer du temps avec elle. J’en profite aussi pour bosser sur mon prochain album et peaufiner le lancement de ma marque, Sauvagerie Paris. Et le reste du temps, comme il n’y a plus de foot à la télé, je regarde énormément de documentaires animaliers. J’en regarde depuis que je suis tout petit. Je peux en regarder du matin au soir, sans gêne. J’adore ça. Mon rêve, c’est de faire un safari et de voir des animaux en vrai.

Tu as déjà vu des documentaires sur le pangolin?

Pas du tout, je l’ai découvert là, avec le coronavirus! Par contre, grâce au confinement, j’ai découvert l’existence du ratel. C’est une sorte de chien féroce avec des grosses griffes, des grosses morsures. Son agressivité, c’est incroyable.

Le confinement t’inspire des textes?

Carrément! La situation qu’on vit aujourd’hui dit beaucoup du monde actuel, sur la manière dont il est gouverné. Et puis, t’as plein de théories du complot sur le virus. Même ce genre de trucs m’inspirent des punchlines. J’ai lu un truc comme quoi Poutine allait lâcher 8 000 tigres dans les rues pour faire respecter le confinement. C’est n’importe quoi, mais j’ai eu un petit doute sur le moment quand même…

C’est quoi ton conseil pour ne pas devenir fou?

Faut faire passer le temps en s’occupant avec des activités basiques, qui redonnent le sourire et renforcent les liens avec la famille. Moi, par exemple, je fais des baccalauréats.

Par Javier Prieto Santos