Cuisine

La recette simple, bon marché et originale: les linguine italo-asiatiques

Une bonne manière de célébrer la solidarité entre les peuples touchés et confinés.

Cette recette simple, facilement réalisable en moins de dix minutes, est en outre un moyen de prendre conscience que même en temps de “guerre”, comme l’a répété notre président, on peut faire bon en disposant d’un garde-manger d’occupation allemande. La preuve.

Ingrédients: 3 gousses d’ail, 2 cébettes (ou des oignons rouges), 250 grammes de linguine par personne (ou de gros spaghetti, numéro 5 Barilla, par exemple), un fond de parmesan râpé, 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, 8 cuillères à soupe de sauce soja, une demi-cuillère à soupe de sauce d’huître (si par miracle vous en avez en stock, sinon tant pis).

1/ Couper en lamelles les trois gousses d’ail.

2/ Les faire revenir à feu moyen dans l’huile d’olive sans qu’elles ne brunissent. Réserver.

3/ Faire chauffer l’eau (sans sel, nous verrons plus tard pourquoi) et mettre à cuire les linguine (ou les gros spaghetti).

4/ Les retirer de l’eau après environ 8 minutes. Elles doivent être encore mi-cuites. Garder l’équivalent d’un demi-verre d’eau de cuisson.

5/ Faire chauffer, dans un wok ou une sauteuse, la sauce soja avec la sauce d’huître (attention! très fort en sel, donc ajuster l’assaisonnement uniquement à la fin de la préparation).

6/ Mettre les pâtes dans le wok ou la sauteuse à feu moyen, en mélangeant pour qu’elles s’imprègnent et finissent de cuire avec la sauce soja pendant deux à trois minutes. Si elles sont encore trop al dente, ajouter un peu d’eau de cuisson.

7/ Une fois la bonne texture obtenue, ajouter les cébettes crues coupées en rondelles et l’ail cuit dans l’huile d’olive sur les pâtes, puis saupoudrer de parmesan râpé. Vous pouvez finir avec un filet de jus de citron vert pour ajouter un peu d’acidité.

8/ C’est gagné.

Conseil d’esthète: accompagner d’un vin rouge un peu poilu du torse, comme par exemple le Syrah “Naturae” du Languedoc, vendu 5,95 euros chez Monoprix et 5,65 euros chez Carrefour.

Conseil d’esthète (bis): déguster en écoutant le magnifique Kung Fu de Curtis Mayfield, qui emmène très, très loin, grâce à une ligne de basse de quatre notes. Simple et bon, là aussi. 

Par Joachim Barbier