Interview

Pio Marmaï: « Je saigne des nazis H24 »

L'acteur du Premier Jour du reste de ta vie et de En liberté! est comme tout le monde: bloqué chez lui. Et visiblement, ça ne se passe pas trop mal.

Où es-tu confiné?
On est plusieurs dans ma maison à Dieppe, en Normandie, mais on garde les distances de sécurité, je suis parano! Hier, j’ai fait les courses et -tiens-toi bien- j’ai acheté: un Scrabble, un Jenga, un Monopoly et une Xbox avec des dizaines de jeux dont un sur la Seconde Guerre mondiale qui me permet de saigner des nazis H24. J’ai failli acheter un kit de DJ lumineux, mais je vais attendre un peu de voir l’évolution de la situation… Sinon, on a acheté des bouts de ronce de noyer pour fabriquer nos propres amulettes. Tant qu’on arrive à fabriquer nos amulettes, ça devrait aller.

Ils étaient comment les gens au supermarché?
Nous, on avait des foulards en guise de masques, des gants, mais je me suis rendu compte qu’on était les seuls, les autres avaient plus peur de nous qu’autre chose. Et puis il y avait des gens qui faisaient encore des blagues, genre à se tousser dessus. Je me suis dit: ‘Mais quelle bande de cons!’ C’était dingue.

Vous festoyez un peu?
Ouais, je bouffe dix fois trop. Je bois aussi beaucoup de pinard, je suis en train de faire un gros retour dans le bordeaux! Et on mate des tas de films sur le chaos et la destruction. On est dans la thématique du moment.

Toi qui es pas mal attiré par le chaos et la destruction, comment analyses-tu cette période?
Maintenant qu’on est confrontés concrètement à un simulacre de fin du monde, bah je suis un peu déçu. Ce n’est pas du tout ce que j’imaginais. Je voyais ça plus virevoltant, plus explosif, un peu comme dans un Mad Max ou un film d’horreur des années 80. Alors que là, ça se résume à Netflix, des gens sur Amazon et à faire cette interview. C’est un peu mou du genou comme fin du monde.

Par Victor Le Grand