Economie

Puisque Paris reste Paris : pic de livraisons d’alcool à domicile

Augmentation de 20% de commandes sur Paris pour Kol, application de livraison d'alcool à domicile. Sans modération, donc.

Alors que l’arrêté préfectoral interdisant la vente d’alcool dans l’Aisne (une “fausse bonne idée”, y compris pour les addictologues) a finalement été abrogé, force est de constater que certain·e·s d’entre nous profitent du confinement pour mettre leur foie à rude épreuve.

Si les livraisons de repas à domicile auraient chuté de 45% en première semaine, certain·e·s, donc, auraient tout de même envie de recréer chez eux/elles les premières terrasses printanières, sans bouger de leur canapé.

Pour cela, en plus des très old school Allo Apéro, certaines caves à vin fermées se sont mises à acheminer des quilles chez leurs client·e·s pour maintenir un semblant d’activité commerciale.

Mais ce n’est pas tout. Créée en 2016 à Paris, Kol, pionnière des applications de livraison d’alcool, a dû remettre à plus tard son lancement à Lille et Lyon, prévu en avril, mais se remonte le moral en constatant que son chiffre d’affaires a bondi de 20% dans la capitale.

“On a vu une augmentation du panier moyen, mais surtout un changement dans sa composition, constate Baptiste Guez, cofondateur de l’entreprise. D’habitude, on livre surtout des spiritueux, avec des pics de commande à 1h du matin. Depuis dix jours, on nous demande beaucoup de bières et de vin, à toute heure. L’âge moyen des clients est aussi passé de 25-30 à 30-35 ans, des gens qui boivent du pinard, tranquilles sur leur canapé, du slow drinking.”

Puisque l’heure n’est plus aux grosses noubas qui ont besoin d’un refill au milieu de la nuit, la société a fait passer ses horaires de 18h-5h à 14h-minuit.

“On s’est vite adaptés, on fait du test and learn, prononce Pierre Nicolet, l’autre cofondateur. Là, on envisage d’ouvrir dès 11h30. Beaucoup de gens à Paris sont au chômage technique, chez eux, et boivent du vin le midi. C’est une population qu’on aimerait bien capter.”

L’avantage étant qu’elle ne devrait pas bouger.

Par Thomas Pitrel